17 février 2013

La liste de Schindler

040725195835_40

1993- USA- 195min- Film historique, drame

Réalisateur: Steven Spielberg

Interprètes: Liam Neeson: Oskar Schindler, Ben Kingsley: Itzhak Stern, Ralph Fiennes: Amon Goeth,

Caroline Goodall: Emilie Schindler, Jonathan Sagall: Poldek Pfefferberg, Embeth Davidtz: Helen Hirsch,

Malgoscha Gebel: Victoria Klonowska, Shmulik Levy: Wilek Chilowicz, Mark Ivanir: Marcel Goldberg,

Béatrice Macola: Ingrid.

Academy awards 1994: Oscars du meilleur film, du meilleur réalisateur, de la meilleur adaptation, de la meilleure cinématographie, du meilleur montage, des meilleurs décors, de la meilleure musique.

 

Comment montre-t-on l'horreur de l'holocauste sans la rendre banale?Comment filme-t-on la vie sous le régime nazi sans utiliser des images que tout le monde croit avoir déjà vues? Dans son film sur l'industriel allemand Oskar Schindler Steven Spielberg trouve une solution sans ambiguïté. Car même si l'histoire qu'il raconte est démente, sa position à lui est clair: on ne peut décharger sur quelqu'un d'autre ses responsabilités.

  En 1939, les allemands ont envahi la Pologne. A Cracovie, les occupants construisent un ghetto pour la population juive qui doit s'inscrire sur des listes. Leurs visages défilent devant nous, l'un après l'autre. Ces gens qui seront plus tard torturés et assassinés ne sont pas une foule anonyme.

  Lorsque nous voyons Oskar Schindler pour la première fois, notre regard tombe d'abord sur son insigne du Parti nazi. Aventurier et courreur de jupons, il reprend la direction d'une usine qu'il fera marcher pour le compte de la Wehrmacht. Les ouvriers juifs coûtant moins cher que les polonais, il embauche donc des juifs. Son comptable Itzhak Stern se révèle un véritable génie de l'organisation. C'est lui qui, en fait, dirige l'usine, la tâche de Schindler consiste surtout à soudoyer les nazis. Il semble être moins un héros qu'un homme d'affaires particulièrement rusé.Au départ, s'il fait preuve d'humanité c'est parce qu'il veut s'enrichir: un ouvrier satisfait travaille mieux qu'un mécontent.

  Lorsqu'après la destruction du ghetto, les allemands envoient tous les juifs dans le camps de concentration de Plaszow, Schindler, troublé, suit de très près les événements. Une petite fille erre au milieu des décombres. Son manteau rouge est la seule tache de couleur dans ce film tourné en noir et blanc comme s'il s'agissait d'un documentaire. Nous la retouverons à Auschwitz parmi les autres cadavres.

 Grâce aux rapports qu'il entretient avec le commandant du camp Amon Goeth, un sadique qui tire sur les prisonniers, Schindler obtient que les ouvriers continuent à travailler chez lui même s'ils doivent rentrer au camp à la fin de leur journée. Ils sont ainsi protégés des mauvais traitements des gardes et peuvent s'adonner au trafic de nourriture qui leur permet de rester en vie. Schindler doit pourtant prendre une décision au moment où l'on ferme le camp car tous les prisionniers doivent être transférés à Auschwitz. C'est alors qu'il se sert de sa fortune pour racheter ses ouvriers aux SS. Ce seront plus de 1100 personnes réparties dans deux trains, l'un pour les hommes, l'autre pour les femmes, qu'il fera conduire dans sa ville natale de Brünnlitz afin qu'elles y travaillent dans une usine de munitions. En les faisant fabriquer des produits d'une grande importance pour la guerre, il veut démontrer que ses ouvriers juifs sont indispensables  et leur offrir une protection. Même lorsque le train des femmes et aiguillé par mégarde en direction dAuschwitz, Schindler parvient par son courage, sa ténacité et en soudoyant les SS à faire sortir les femmes du camp.

  La force de Schindler réside dans son opiniâtreté et dans la façon sereine avec laquelle il marchande. Il donne toujours l'impréssion dêtre âpre aux affaires même quand ses motifs sont nobles et qu'il veut sauver le plus de juifs possible. Schindler a un penchant pour l'alcool et les femmes, c'est un hédoniste et un prodigue, et les SS croient reconnaître en lui un des leurs. Mais dans son usine, il fabrique des douilles de si mauvaise qualité qu'elles sont inutilisables pour l'armée. Avec l'argent qu'il lui reste il peut protéger tous "ses" ouvriers jusqu'à la fin de la guerre. Après il est complètement ruiné. Conscient qu'on le considère comme un collaborateur et membre du Parti nazi, Oskar Schindler s'enfuit en Argentine à l'arrivée des Alliés. Aujourd'hui le nombre des descendants de ses ouvriers juifs est supérieur à la population juive qui vivait jadis en Pologne.

 

Anecdotes:


Quand Spielberg annonça qu'il allait réaliser un film sur l'holocauste, un grand nombre de gens réagirent avec indignation. Le congrès juifs mondial lui interdit même de tourner à Auschwitz. Limage de Spielberg était trop marquée par ses films à succès (les dent de la mer, ET ect...) Il ne faisait pas sérieux. Aujourd'hui, la holocauste foundation créée par lui et la plus grande archive des survivants du génocide. Aucun réalisateur n'a su allier avec autant de talent l'aspect divertissant et intellectuel que Spielberg dont la réussite est hors pair. Il est devenu sérieux sans perdre son public.

 

Pas de stars hollywoodiennes:

Au départ, on a envisagé plusieurs grandes stars hollywoodiennes comme Harrison Ford, Mel Gibson ou encore Kevin Costner pour jouer le rôle d'Oskar Schindler, mais Steven Spielberg a refusé pour ne pas dénaturer le film dans sa réception auprès du public. Le suédois Stellan Skarsgard, ainsi que le suisse Bruno Ganz ont été eux aussi considérés pour le rôle mais celui-ci a finalement été dévolu à l'irlandais Liam Neeson. Tim Roth avait été pressenti pour incarner le SS Amon Goeth, finalement joué par Ralph Fiennes, auditionné par Steven Spielberg qui lui a trouvé une expression de "sadisme sexuel" dans le regard. Ce dernier a pris treize kilos pour les besoins du film, en buvant de la guiness. Steven Spielberg a également auditionné des enfants des juifs sauvés par Schindler pour les rôles joués en hébreux, ainsi que des polonais pour jouer les survivants. En ce qui concerne les acteurs allemands qui jouent les soldats SS, le film a été, selon leurs dires, une façon de s'affranchir des secrets de famille ayant trait à l'Holocauste, raison pour laquelle ils ont remercié Steven Spielberg de leur en avoir donner l'occasion. L'un des producteurs, Branko Lustig, qui joue aussi le maître d'hôtel dans la première scène où apparaît Oskar Schindler, est lui-même un survivant d'Anschwitz, et avait déjà produit d'autres films traitant de l'Holocauste comme Le Choix de Sophie en 1982 ou encore Shoah en 1985.

Un tournage en Pologne:

Le film a été tourné entre mars et mai 1993, comptabilisant soixante-douze jours de tournage au total, dans le quartier de Kazimierz à Cracovie. Steven Spielberg n'a pas eu la permission de tourner dans le camp d'Auschwitz et le camp de travail de Plaszow n'était pas exploitable pour les besoins du film. Les scènes du camp de la mort ont donc été tournées à l'extérieur des portes, sur un plateau reconstruisant le camp à l'identique. Certaines scènes du films sont tournées sur les vrais lieux de l'histoire comme l'appartement de Schindler ou encore la prison.

Une scène rallongée

Le script ne comportait au début qu'une page sur la scène de liquidation du ghetto de Cracovie. Steven Spielberg en a réécrit une vingtaine en s'appuyant sur des témoignages, comme dans la scène où un jeune garçon échappe aux soldats allemands en prétextant qu'on lui a donné l'ordre d'enlever les valises au milieu de la rue. Cette scène centrale dans le film dure près de vingt minutes.

Au nom d'Anne Franck

Pendant le tournage, Ben Kingsley qui joue Itzhak Stern, le comptable de Schindler, a gardé dans une poche de son manteau une photo d'Anne Franck, jeune fille morte dans les camps de concentration et dont le journal intime a été publié après la Shoah. Regarder la photo lui donnait la force nécéssaire et le ton juste pour interpréter certaines scènes difficiles du film.

Quelques symboles...

La phrase qui sert d'accroche au film " celui qui sauve une seule vie sauve le monde entier " vient du Talmud (compilation des discussions rabbiniques se rapportant à la législation, à l'éthique, aux coutumes et à l'histoire des juifs). Notons également que la petite fille qui apparaît dans le film avec un manteau rouge (alors que le reste du film est en noir et blanc) a réellement existé même si son apparition dans le film n'est qu'une coïncidence. Elle représente l'élément qui déclenche la prise de conscience de Schindler. Le manteau rouge lui donne une identité, ce qui permet à Schindler de prendre conscience de l'individualité des juifs. Il la voit pour la première fois lors de la liquidation du ghetto de Cracovie et il revoit son cadavre lorsque son corps est brûlé. La vraie petite fille, Roma Ligocka, était connue dans le ghetto de Varsovie pour son manteau rouge, mais contrairement à son homologue dans le film, elle a survécu à l'holocauste et a publié ses mémoires en 2002 sous le titre : La petite fille au manteau rouge . La projection du film de Steven Spielberg lui a servi de déclic, ce qui lui a permis de regarder en face son enfance. C'est aussi la cousine du cinéaste Roman Polanski.

 

Une tradition juive

Dans la tradition juive, laisser une pierre est un signe de respect lorsque l'on se rend sur la tombe de quelqu'un. C'est pourquoi les acteurs et les juifs de Schindler couvrent sa tombe de pierres à la fin du film. La dernière personne à poser la rose sur le tombe d'Oskar Schindler est Liam Neeson et non Steven Spielberg comme beaucoup auraient pu le penser.

 

Pas de salaire

Steven Spielberg refusa de toucher un salaire en tant que réalisateur pour faire La Liste de Schindler. Il dit que cela aurait été l'"argent du sang" ("Blood money").

 

 " Le film traite de la survie là où il devrait pourtant parler de la mort, reproche Claude Lanzmann à Spielberg.

Mais le peuple juif, la culture juive ont survécu à Hitler, rétorque Spielberg."

 

 

 

 

 


Posté par sarahmichele à 17:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Commentaires sur La liste de Schindler

    Un film magnifique très bien réaliser et interprétés. Liam Neeson est sublime d'émotion dans son rôle d'Oskar Schlinder.
    Vraiment très émouvant, j'ai adorée! Un film à faire découvrir aux jeunes génération.

    Posté par mimi, 18 février 2013 à 18:17 | | Répondre
  • film magnifique avec beaucoup d'émotion réalisateur perfectionniste qui a su faire la pare des choses entre les allemands nazi et les allemands qui étaient contre les folies nazi et bien sur acteur superbe Liam Neeson qui a su interpréter Schindler, allemand qui a sauver beaucoup de juifs et autre personnes.

    Posté par myu19, 19 février 2013 à 19:46 | | Répondre
Nouveau commentaire